Le chiropraticien ou l'ostéopathe: Qui fait quoi?


Aucun ne prétend exceller plus que l’autre dans un type de mal de dos (contracture, scoliose ou troubles chroniques…). On peut jouer la complémentarité : un kiné pour dénouer ses trapèzes et un ostéopathe ou un chiropraticien pour un rééquilibrage général.

On considère souvent que ceux des ostéopathes et des chiropraticiens ont un effet antalgique à court terme.

Le chiropraticien : des ajustements sur la colonne

Le mot CHIROPRATIQUE vient du grec : kheir signifiant mains et praktikos, signifiant faire ou exercer.

La chiropraxie est une médecine manuelle qui vise à la prévention, au diagnostic, au traitement des troubles de l’appareil locomoteur, de la colonne vertébrale, et de leurs effets néfastes sur la santé humaine. Les méthodes utilisées sont essentiellement manuelles .

La chiropratique a été fondée en 1895, à Davenport, Iowa par Daniel David Palmer.

Son statut : En France: pratique légale depuis 2002 , la chiropractie n’est pas réglementée – elle l’est dans près de quarante pays et bénéficie du soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Un chiro sérieux a suivi six années d’études (considérées comme médicales aux Etats-Unis), formation reconnue par le Council on Chiropractic Education (CCE).

Son approche du mal de dos : elle est globale et inclut l’énergétique. Il travaille sur le système nerveux, considérant la moelle épinière comme une « autoroute de l’information nerveuse » qui dessert les autres systèmes physiologiques et mécaniques. Il remonte à l’origine du mal en suivant le trajet des compensations (une cheville tordue peut être à l’origine d’une lombalgie via le genou, la hanche, le bassin), autant de déséquilibres auxquels le corps s’est habitué au fil du temps.

Fait-il craquer les os ? Oui..

Ses soins phares : il emploie des techniques mécaniques et énergétiques proches de celles de l’ostéopathe. Mais il utilise parfois des instruments spécifiques. Il se différencie surtout par ses « ajustements » : mobilisations précises, sèches et courtes, quasi imperceptibles sur la colonne vertébrale et les articulations.

La profession de chiropraticien est reconnue par l’Office des professions du Québec, c’est pourquoi elle relève d’un ordre professionnel dont la principale mission est d’assurer la protection du public. Pour ce faire, l’Ordre des chiropraticiens du Québec établit des normes de pratique que tous les chiropraticiens doivent respecter.

L'ostéopathie : des manipulations à plusieurs niveaux

Créée le 22 juin 1874 par le médecin américain Andrew Taylor Still (1828-1917), l'ostéopathie est fondée sur des techniques manuelles visant à la conservation ou la restauration de la mobilité des différentes structures de l'organisme.

Son statut : il peut être médecin ou non, avoir une formation de sage-femme, de kiné, d’infirmier ou juste un diplôme délivré par un établissement agréé par l’Etat (trois ans d’études). Mais quelques actes tels que manipuler des vertèbres cervicales sont soumis au diagnostic d’un médecin. Beaucoup passent outre ! Car le décret ministériel du 25 mars dernier qui précise les conditions d’exercice de l’ostéopathie ne satisfait pas certains ostéos, médecins, praticiens paramédicaux et fait l’objet d’un recours en annulation. A vous de lui faire confiance ou pas.

Son approche du mal de dos : il recherche les blocages et les « lésions ostéopathiques » (dysfonctions mécaniques musculaires, vertébrales ou articulaires) par une palpation minutieuse. Il examine tout : les relations muscles-squelette, les fascias (qui recouvrent les muscles), les vaisseaux sanguins, les viscères, etc., ce qui peut l’amener à agir sur l’estomac pour traiter une douleur dorsale. Cependant, le décret n’habilite pas les non-médecins à traiter de pathologies organiques…

Fait-il craquer les os ? Oui, ce bruit survient lors d’une manipulation vertébrale, mouvement dit « forcé », minime et bref, qui restaure le jeu de l’articulation sans douleur.

Ses soins phares : uniquement manuels. Il nous installe parfois dans une posture dont nous craignons l’inconfort : un jeu d’appui finalement libérateur, tout comme les contractions-relâchements musculaires. Il pratique aussi des micro-impulsions, sortes d’effet ventouse sur nos tissus corporels.

Avertissement: les informations et recommandations contenues sous cet article, commentaire ou rubrique ne sont fournies qu'à titre d’avis personnel ou informatif général et ne constituent pas un avis médical. Les informations suivantes proviennent des sites internet situés ci-dessous...

http://www.psychologies.com/Bien-etre/Sante/Se-soigner-autrement/

http://www.ordredeschiropraticiens.qc.ca/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiropratique

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ost%C3%A9opathie

#information #description

© 2016, Therapeutika.ca.  Tout droits réservés